Curation - Les expérimentations de Julie Hamel sur le temps à travers le négatif photographique

Je continue encore une fois ma curation de contenu avec un projet photographique sur la notion de mémoire et de temps qui passe. Cette fois-ci, Lens Culture nous parle de la série Altered Negatives de la photographe Julie Hamel pour qui « la mémoire est un espace subjectif, ouvert à l’interprétation« . Elle y interroge la similarité entre état continu de sensibilité du film argentique et capacités mémorielles.

L’article présente son processus de création et la technique plasticienne derrière ces négatifs-collages.

→ A lire sur Lens Culture (en anglais)

Curation - Theory of Colours, Hiroshi Sugimoto à la Marian Goodman Gallery

La galerie Marian Goodman a présenté en mai 2021 dans sa galerie parisienne, la nouvelle série du photographe Hiroshi Sugimoto, Optiks, inspiré par les travaux sur la théorie de la couleur de Isaac Newton (un prisme décompose la lumière blanche en un spectre visible). Une magnifique exposition à redécouvrir en ligne, entre routine, dégradés de couleurs profonds et poésie visuelle.

“Opticks is essentially a series shot using a Polaroid camera, capturing the light that Newton refracted using a prism. The Polaroids were digitally scanned, flaws were cleaned up and the tone was adjusted. In other words, I resorted partially to digital means in order to erase the visual noise. In my mind, I was quite conscious that I was creating paintings using photons.”

— Hiroshi Sugimoto

Curation - Lucas Blalock dans son atelier, par Art21

L’artiste Lucas Blalock mixe les procédés analogique (photographie argentique) et numérique (modification des images par ordinateur) afin de créer des œuvres qui questionnent la réalité de notre monde et le processus derrière la création des images. Il est principalement connu pour ses photographies de nature morte déconstruites avec Photoshop, entre l’étrange et le gênant.

De multiples vidéo suivant l’artiste dans ses processus de création sont disponible sur la plateforme Art21.

Curation - Thomas Ruff : L’image photographique n’est-elle qu’un simulacre ?

Thomas Ruff est un photographe contemporain Allemand. Né en 1958, il a été l’élève de Bernd et Hilla Becher aux Beaux-Arts de Düsseldorf. Il est particulièrement connu pour sa série de portraits sans expressions en grand format, avec une lumière et un cadrage identiques. Par ses séries, le photographe interroge la notion de réalité et et la soi-disant objectivité de la photographie en utilisant aussi bien l’archive, la 3D, décontextualisation, altération, etc.

Dans un article intitulé « L’image photographique n’est-elle qu’un simulacre ? » le magazine d’art Artfield présente en détail la démarche de Thomas Ruff et ses différents projets emblématiques.

→ Un article à lire sur leur plateforme

Curation - Une exposition pour questionner les représentations de la crise climatique

Cette exposition met en avant le travail de 9 artistes (Victoria Ahrens, Katie Bret-Day, Alice Cazenave, Hannah Fletcher, Ramona Güntert, Melanie King, Liz K Miller, Diego Valente et Marina Vitaglione), réunis dans leur intérêt pour la préservation de l’environnement par leur utilisation de matériaux dérivés de la nature. Elle a pour objectif de créer une représentation visuellement stimulante des effets du changement climatique et d’élargir la conversation sur la durabilité de nos pratiques et l’utilisation de matières organiques en tant que supports photographiques.

Un article de Ellie Howard présentant l’exposition What on Earth, du The Koppel Project Exchange. A lire sur le blog du British Journal of Photography, 1854.

Curation - La photographie au risque de l’environnement

En prenant l’exemple de la ville de San Francisco sous les nuages de fumées orange dû aux feux de forets dans la région en 2020, et de son traitement médiatique (presse et réseaux sociaux), Clément Paradis (Université Paris 8 – UJM Saint-Étienne, CIEREC), en collaboration avec Morgane Hamon, Taous Dahmani, Louis Boulet et Célia Honoré énonce l’un des paradoxes contemporains de la photographie.

Face à un monde en pleine crise environnementale de grande ampleur, les journalistes, photographes et influenceurs cherchent à alerter, témoigner, faire prendre conscience des enjeux, en produisant paradoxalement ce contre quoi ils luttent : une pollution conséquente. En « alertant sur l’urgence climatique, [ces représentations] font pourtant un usage constant des nouveaux médias dont le poids dans la pollution de l’environnement est de mieux en mieux connu. […] La circulation croissante des images de la catastrophe écologique témoigne ainsi d’une véritable crise de la représentation. »

L’auteur s’inquiète donc de ce que représente la photographie « dans un monde qui se réchauffe » en appelant d’autres recherches, essais et œuvres d’artistes contemporains.

→ à lire sur le site de l’ARIP

Navigation entre les articles